6 juillet 2019: l'Alhambra, etude en glacis

L'alhambra de Grenade.

Etude en glacis

Sg08 

 

Papier Arches grain torchon, dimension 26x18 à peu près. Pigments d'aquarelle Sennelier.

Ici, j'ai utilisé du jaune d'auréoline PY40, de la laque de garance rose PV19 et du bleu phtalo nuance verte PB15:3., cette palette est loin d'être idéale pour restituer les couleurs du modèle original mais ce n'était pas le but poursuivi.

La technique en glacis consiste à réaliser ses mélanges par succesions de lavis de couleurs superposés. La teinte finale obtenue est alors uniquement une construction visuelle à partir des transparences de chaque couche, le mélange est dit optique. Les couleurs ne sont ni mélangées sur palettes, ni sur papier dans le mouillé (on peut cependant le faire mais le résultat serait différent).

Suivant les dilutions préparées et qui diffèrent à chaque couche on sature plus ou moins vite le papier. Après on ne peut plus ajouter sans gouacher (gouacher : les pigments ne pénètrent plus dans la profondeur du papier et restent en surface). Rajouter un lavis humide lorsque le papier présente une saturation ou la peinture une apparence de gouache conduit à déplacer les pigments sous jaccents et la qualité du travail en est altérée.

Il faut laisser sécher complétement chaque lavis avant de poser le suivant. Pas question d'utiliser le sèche cheveux, cela arrêterait la pénétration des pigments dans l'épaisseur du papier et ils resteraient en surface ce qui conduirait à gouacher. Ici j'ai du travailler avec 8 à 12 superpositions de lavis au maximum (je n'ai pas compté exactement) cela a pris 4 jours. Du point de vue de mes expériences passées j'ai pu aller jusqu'à une vingtaine de lavis avec du jaune d'auréoline.  

Dans d'autres billets je reviendrai sur la pose des glacis.

 

 

 

etude palette technique aquarelle glacis Grenade Espagne

Ajouter un commentaire