L'aquarelle est une peinture de profondeur

Support, pigments et mélanges.

L'application de peinture sur une surface donne toujours lieu à des phénomènes physico chimiques, c'est la nature des constituants pigments et support qui sont impliqués pour cela. On peut distinguer deux grandes catégories de peintures: les peintures de surfaces et les peintures de profondeur.

Dans les peintures de surface les pigments sont déposés sur le support et y adhèrent sans en pénétrer l'épaisseur, dans les peintures de profondeur les pigments pénètrent dans l'épaisseur du support et s'y fixent.

Pour que cette pénétration ait lieu il faut réunir plusieurs conditions:

- le support doit être poreux, il doit présenter des interstices qui lui confère une perméabilité.

- les pigments doivent être constitués de particules suffisamment fines pour migrer dans les interstices du support. 

L'eau ou le solvant utilisé permet le transport des pigments. L'eau est ensuite éliminée par évaporation, séchage ou se fixe elle même en participant aux interactions physico chimiques des pigments et support.

l'aquarelle permet une peinture de profondeur.

 

Le support, le papier:

On peut peindre sur beaucoup de surfaces, l'aquarelle se pratique aussi bien sur support imperméable (polyvinyles, polypropylènes...) que sur support poreux (papier, toile, soie, bois etc.) Sur support imperméable l'adhésion des pigments sera sensible à toute action mécanique comme l'abrasion, frottement et à l'ajout d'eau et les pigments s'en iront. 

Sur support poreux, quand les pigments ont pénétré le support, impossible de les retirer sans attaquer la structure du support. Si une fois séchée on passe sous la douche une aquarelle realisée en profondeur, seuls les pigments restés en surface partiront (c'est à dire la partie dite "gouachée"). 

Le papier est le support le plus utilisé pour l'aquarelle. Deux grands types de papiers existent pour l'aquarelle:le papier cellulose et le papier coton 

 

Le papier Cellulose  est plutot imperméable et s'ouvre lentement.

Sauf à être trempé, mouillé à coeur Il ne permettque des peintures de surface.

Ce sont les papiers les moins chers.

parmi eux : Montval, Moulin du coq rouge, Daler rowney...

 

Le papier Coton   offre d'emblée une bonne porosité. 

Ces papiers sont plus chers que les papiers cellulosiques mais permettent d'emblée une peinture en profondeur. Certaines fabrications présentent une couche d'encolé en surface et qui les rend moins perméables, cette couche d'encolé peut partir en trempant la feuille dans de l'eau afin d'ouvrir les fibres du papier. Après on peut laisser sécher en tendant sur chassis ou planche pour peindre sur papier sec ou peindre directement dans le mouillé. Mouillés à coeur les papier coton peuvent se comporter comme de vrais buvards

Ce sont les papiers les plus chers

parmi eux : Arches, Sennelier, Langton prestige, Saunders Waterford ....

 

Les Pigments

Parmi tous les médias que je connais les pigments d'aquarelle extrafine et de certaines encres permettent uen peinture en profondeur.

Les pigments d'aquarelle fine  , les gouaches ou acryliques ne permettent pas la pénétration dans le papier et ce quelque soit la dilution.

Certains pigments particulièrement lourds resteront en surface quelque soit le support. C'est le cas des pigments de cadmium et de certaines préparations de terres et autres oxydes de fer (bleu de prusse par exemple), ils ont tendance à gouacher. 

Tous les fabriquants ou presque présentent deux gammes de pigments d'aquarelle: une entrée de gamme qui offre généralement des pigments broyés fin et une gamme de pigment broyés de manière extrafine. 

Question prix, les aquarelles fines sont moins chères que les aquarelles extra fines et parmi les extrafines les préparations les plus concentrées en pigments sont plus chères. Mon opinion là dessus est que, sauf à travailler l'étude du geste, il vaut mieux utiliser des pigments extrafins et les plus concentrés possible, c'est à dire les plus chers. En prenant des aquarelles fines ou moins concentrées on doit utiliser plus de pigments et on vide son godet beaucoup plus vite qu'en utilisant une aquarelle extra fine concentrée.... on croit faire une bonne affaire mais on doit se réapprovisionner plus souvent.

Godet ou tubes?

Les tubes sont moins chers que les godets... on peut utiliser des tubes pour remplir des godets vides.

Les godets sont facilement utilisables mais il faut utiliser de l'eau pour prendre de la couleur, cela a pour conséquence de diluer la couleur et on a parfois du mal à obtenir des préparations concentrées. L'aquarelle sortie du tube ne présente pas cet inconvénient aussi je préconise l'utilisation de tubes pour préparer des couleurs soutenues.

 

Caractéristiques des pigments 

Les pigments sans parler de leur couleur présentent plusieurs caractéristiques:

1) transparents ou opaques.

Un pigment dit opaque présente une transparence une fois dilué. Ce n'est pas parceque l'aquarelle permet la transparence qu'il ne faut utiliser que des pigments transparents (je laisse cela aux ayatolahs de l'aquarelle). Une peinture peut nécessiter des zones transparentes et des zones opaques.

 

2) granulation ou réticulation

En général les métaux lourds confèrent une propriété de granulation: La granulation est un petit amas de pigment qui reste en surface du support. Parmi les pigments offrant granulation on trouve: les cadmium, les cobalts, les manganèses (quoiqu'ils ne soient plus fabriqués je pense car je n'en trouve plus), des oxydes de fer comme la plupart des terres et le bleu de prusse, d'autres comme le jaune d'auréoline ou le vert émeraude.

La réticulation est un phénomne physico chimique où, en fonction de la dilution, de la présence de certains liants dans les préparations, ou d'interactions chimiques entre pigments dans des mélanges, les pigments ne se solvatent pas complétement et s'organisent en repoussant l'eau ce qui donne lieu à organisation de petits réseaux visibles à l'oeil. Certains jaunes, beaucoup même, repoussent les autres pigments. Ce sont des propriétés que l'on découvre au coup par coup avec certaines préparations de mélanges.

 

3) teintants (je les appelle puissants)

Ce sont des pigments très fins, qui pénétrent très vite le papier. Après quelques minutes il est quasiment impossible de récupérer le blanc du papier.

Mélangés entre eux, ces pigments donnent des teintes très puissantes et permettent l'obtention de noirs foncés alors qu'avec des pigments non teintants on n'obtiendrait que des gris. Par contre, étant fortement colorants les mélanges obtenus sont difficiles à stabiliser, je veux dire par là que si on n'a pas préparé assez de mélange il sera difficile de retrouver la même teinte, le moindre ajout basculera la couleurs trop jaune ou trop bleue ou trop .... bref le casse tête.  Les blancs colorés sont hyper durs à reproduire dans ce cas.

Parmi les pigments teintants on trouve

Les phtalocyanines (bleus et verts), les quinacridones (du jaune au rouge), les jaunes transparent azo ou azométhine, le violet dioxazine, les pyroles et pyrolidone (rouges et oranges), les cadmium (du jaune à l'orange), l'alizarine (rouge) ....

 

4) les pigments tranquiles 

Je dois cette appelation de pigment tranquile à Lélie Abadie que j'avais écoutée un jour à Montgermont.

Le pigments tranquiles sont des pigments qui ne sont pas puissants et que l'on peut manipuler en ajout comme en retrait car il restent longtemps en surface du papier avant de le pénétrer: Les bleu et violet de cobalt, le jaune d'auréoline, le jaune de Naples foncé (PBr24), le vert émeraude, le vert oxyde de chrome, certaines terres rouges PR101 ou 102 dilués ...  En général ils sont plutot doux, donnent de très beaux gris clairs en mélanges.

 

5) Saturé ou non:

A teinte équivalente un pigment saturé offre une couleur vive, un pigment non saturé apparaitra plus terne

 

 

Les mélanges de pigments

 

L'aquarelle en séchant perd de sa coloration et devient terne.... eh oui, c'est la conséquence de la pénétration du pigment dans le papier. Peignez sur polypropylène ou à sec sur papier cellulosique et vous n'obtiendrez pas cela (en tous cas sur polypropylene).

Dans les mélanges c'est pareil.... selon ce que l'on veut obtenir comme aspect final on n'utilise pas les même pigments pour obtenir sa teinte.

Mélangez un bleu de cobalt (tranquile) avec un rouge de quinacridone (puissant) ... c'est un beau violet sur palette.... Sec ce sera plus bleu car le bleu de cobalt pénétre moins vite le papier que le rouge de quinacridone qui lui disparaitra dans le papier.

Je me suis fait piéger un jour en préparant un mélange pour les ombres d'une carnation dans un portrait. Une fois sec mes ombres étaient trop bleues...

Il faut tenir compte des propriétés de chaque pigment d'un mélange pour anticiper l'aspect final

 

De même quand on a préparé un mélange sur sa palette, se méfier de ce que l'on voit.... "Ah ça parait gris un peu brun c'est joli..."; et bien non sur le papier ce n'est plus brun c'est gris froid, le bleu était parti au fond du mélange, on ne voyait que l'aspect brun terne en surface...

Retouillez vos mélanges qui ont un peu sédimenté sur palette, testez les sur une chute de papier avant d'appliquer.

  

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau